visitor tracking Un extrait de Bail Gagnant par l'auteur Aleko Konstantinov - 11 March 2013 - Blog - ET Neven- Neli Tomova
Saturday,10:09 AM,24-02-2018
Welcome Guest | RSS

Blog

Main » 2013 » March » 11 » Un extrait de Bail Gagnant par l'auteur Aleko Konstantinov
4:22 PM
Un extrait de Bail Gagnant par l'auteur Aleko Konstantinov
Lisez une histoire drôle d'un avare et vigilant touriste. Un Bulgare bavard qui personnifie une petite image discrète. Pour lui, les gens se divisent en deux types: les autres personnes qui veulent prendre quelque chose de moi et moi.
Voici:
I . Bail Gagnant voyage

Le train est entré dans notre vaste voûte de la station postale. Nous avec bail Gagnant somme entrés dans le buffet. Sachant que nous allions traîner une heure , je me suis installé tranquillement à une table et j’ai commandé un petit déjeuner et de la bière. Autour moi du  monde – un essaim! Et du beau monde. Les Magyars, sachez, que ils ne sont pas dans mon cœur aussi, mais, regardez, les Magyares - je n'ai rien contre elles. Distrait par le bruit, je n’ai pas noté quand Bail Gagnant s’est dégagé du restaurant ensemble avec ses sacoches. Où était Bail Gagnant? Son verre était vide. J'ai regardé autour de moi, j’ai cherché avec les yeux tout au long de du restaurant - il n'était nulle part . Je suis sorti- sur la quai - ici Bail Gagnant, là Bail Gagnant – il n’était pas là! Incroyable affaire! Je pensais qu'il etait allé au wagon pour revoir de peur que quelqu'un ait la main basse sur son petit tapis .

Je suis retourné dans le restaurant. Il y a une demi-heure ou plus au départ du train. J'ai bu ma bière et regarde. Le portier dans toutes les 5 minutes a frappé la cloche et nonchalamment avec une voix paresseuse rapporté la direction des trains:

"Hë-gëch-fë-kë-të-he-gi, Kish-kë-rëch, Se-ge-din, Uy-ve  dek." Plusieurs passagers anglais regardèrent sa bouche, et lui, évidement qu'il connaissait l'attention, qu’il faisaitt payer pour son langage propre, rit jusqu'aux oreilles et avec une voix plus forte et rauque, même poursuivit: «Uy-ve-dek, Kich-kë-rëch, Hë-gëch-fë-kë-të-he-gi." – avec chaque syllabe emphatiquement accentuée.
Il restait 10 minutes au départ du train. J'ai réglé les achats et j’ai aussi payé la bière de Bail Gagnant et je suis sorti sur le quai avec l'intention de le retrouver. En ce moment, sous l'auvent de la station le train est venu et un pot-pourri, imaginez dans un des wagons de ce train, suspendu au milieu de la fenêtre brillait Bail Gagnant. Il m'a remarqué, il a commencé à me faire signe avec sa casquette et disait quelque chose de loin que je ne pouvais pas entendre à cause du  gargouillement de la locomotive. J’ai compris ce qui s’est passé. Quand le train s'est arrêté, il sauta à terre, arriva vers moi et me dit avec un grand mélange de jurons énergiques, qui, avec votre permission, je ne vais pas répéter, ce qui suit :
- Ne m'en parle pas , frère, je me suis arrêté de courir.

- Quel courir, Bail Gagnant?

- Et quel a été le courir! Tu regardais là dans la brasserie, n'est-ce pas ?

- Eh bien? - je dis.
- Eh bien? Juste à ce moment, tu le sais, le mec-là a crépité   la sonnette, puis entendu que la machine a sifflé- je ne pouvais pas t’appeler – je vois notre train démarre. Zut! Le petit tapis à moi! Alors, quand je me suis précipité après lui, courir et après encore courir - laisse! Bien,  à un moment, je regarde il est en pause, et je - pouf! - alors voilà dedans. Un type m'a crié dessus   brusquement – hecké-mecké – je, tu sais, sans état d'âme, haussé les sourcils contre lui, a montré lui le petit tapis, enfin un homme compréhensif évidement. Même il a fait un petit rire. Qui aurait cru que ce serait revenir en arrière. Travail hongrois!

Moi, l'homme pécheur, a ri de bon cœur sur l’aventure de Bail Gagnant. Pauvre! Le train a manœuvré  pour entrer dans une autre ligne, et Bail Gagnant a couru, pauvre, complet trois kilomètres après lui - car son petit tapis est à l'intérieur...
- De vitesse, tu as oublié de payer ta bière , Bail Gagnant. Je  l'ai payé.
-  Tu as eu plein d'argent – tu l’as payé. Monte-toi, monte-toi plutôt pour pas nous précipiter derrière la machine -  Bail Gagnant a dit d’admonition.
Nous sommes allés dans le wagon. Bail Gagnant s’est accroupi sur ses sacoches dos vers moi, a sorti un demi barre de fromage, il a aussi coupé  un morceau délicat, puis coupé  une grosse tranche de pain et a commencé à siphonner avec un merveilleux appétit, gonflant des morceaux de l'un à l'autre image et parfois de temps en temps a tendu le cou pour avaler du pain sec. Bail Gagnant en a assez, a roté  une ou deux fois, brossé les miettes dans sa main, et les englouti, marmonné dans sa barbe: «Eh bien, maintenant si il a quelqu'un me régale avec un tasse de vin" assis à moi, sourit gentiment et après Je aspect délavé une minute, dit:

- Votre grâce, vous êtes allé, vous êtes allé dans le monde entier comme un peu plus?

- Je suis allé, Bail Gagnant, assez.

- Hey, mais je ai vu juste un grand  monde! W ... w ... w ... Tu laisses Edirne, Tzarigrad, mais en Valachie! Croies-tu? Ça - Giurgiu, Turnu Magurele, Ploiesti, Pitesti, Braila, Bucarest, Galati – pour ne pas mentir à Galati je ne rappelle pas, j’ai été ou pas – j’ai passé tout dans l’ordre.
Le chemin jusqu’à Vienne est passé monotonement. J'ai proposé un de mes livres à Bail Gagnant afin de raccourcir le temps avec lire, mais il a poliment décliné mon offre parce qu'il avait lu beaucoup de temps et estimé qu'il était plus pratique de faire une sieste. Pourquoi va-t-il rester éveillé en vain: untel il a donné de l'argent pour le chemin de fer, au moins pour dormir. Et il s’est endormi. Dormait et ronflait sorte que vous n'avez pas besoin d'entendre le rugissement du lion d’Atlas. 

Nous sommes arrivés à Vienne, nous nous sommes arrêtés dans l’hôtel traditionnel "Londres". Serviteurs ont pris mon sac de la voiture, a demandé à prendre les sacoches de Bail Gagnant, mais il
en raison de la délicatesse, qui sais-il, ne leur a pas les donné:

- Comment vas-tu leur les donner mon frère, c’est de la rose - sans blague, une odeur forte - se creuser à une bouteille - alors vas après lui! Je les connais. Tu ne regardes pas qu’ils s’agissent si des sentiments (Bail Gagnant signifiait poli, mais c'est encore un nouveau mot dans notre vocabulaire, c’est d'oublier), ne regarde pas qui s'enroulent autour de toi. Pourquoi s’enroulent-ils?
Qu'ils peuvent mieux penser pour nous ? ? Ein, zwei! Gut Morgin, et ils cherchent toujours à mettre la main sur quelque chose. Si ce n'est pas - pourboire! Pourquoi je continue à quitter l'hôtel en sortant  silencieusement ? Gueux! A ceci kreutzer, a cela kreutzer – ne suffira pas!
Parce que l'huile de rose, qui Bail Gagnant portait, était en fait tout à fait un objet valable, je lui ai suggéré de le livrer à la caissière.

- À la caisse? - Il a pleuré, d'un ton qui sonnait désolé pour ma naïveté. - Que vous, les scientifiques, êtes merveilleux? Eh bien, comment tu sais quels ceux à la caisse sont? Il te récupère  l’huile de rose, et il tourne le dos et n’importe où... Eh bien, alors? Que fais-tu? Laisse! Vous voyez cette ceinture? - Et Bail Gagnant a soulevé sa grande veste. - Tous les flacons je vais les farcir l'intérieur. Vraiment, un peu lourde, mais sécurisé.
Et Bail Gagnant s’est tourné le dos à moi ("le monde est nombreux, les gens différents  qui sait quel enfant est ceci") et a commencé à bourrer les flacons derrière de sa taille. Je l'ai invité à déjeuner.

- Où déjeuner?

- En bas, dans le restaurant.

- Merci, je ne mange pas! Ta gentillesse, vas manger le sien. Je vais t’attendre ici.

Je suis persuadé dès que j'ai quitt é la salle, Bail Gagnant a ouvert les couvercles. L’homme au casse-croûte , pourquoi voudra-t-il dépenser de l'argent sur les repas chaud – ne va pas mourir de faim!
J’ai ramené Bail Gagnant au bureau d'un négociant bulgare et l'a laissé là, alors que je me suis monté  dans le tram et me rendit à Schönbrunn. J’ai monté  l’ arche, regardé Vienne et ses environs, les ruelles, le zoo et ouvert la bouche toute grande pour les singes pendant une heure et le soir je suis retourné à l'hôtel. Bail Gagnant était dans la chambre. Il voulait cacher son activité mais a échoué et je remarquai qu’il a mis une nouvelle poche plus sur l'intérieur de sa veste matelassée . Lui, une  personne expérimentée , portait en été une veste matelassée sous les vêtements français: «L'hiver apportes du pain, l'été des vêtements ports" - disent les personnes âgées, et ce fait Bail Gagnant.

- Je me suis assis à peu pour me raccommoder - dit-il embarrassé.

- Tu es en train d’attache une poche, tu as touché quoi que ce soit à partir de l'huile de rose –j’ai engagé la discussion facétieusement .

- Qui, moi? Faux! Pourquoi j’avais besoin d’une poche? Des poches - beaucoup, ce n'a que de l'argent. Il n’y a pas de la poche, rien, mais ma robe avait été un peu déchirée , et j’ai mis le chiffon ... où en étais-tu? Sur la promenade là-bas? Eh bien tu as fait.

- Tu es allé, Bail Gagnant, à marcher, à voir à Vienne?

- Que faut-il chercher à Vienne, une ville comme une ville: les gens, les maisons, atours. Et n’importe où on va, toujours gut morgin, toujours ils veulent de l’argent. Pourquoi voudrions-nous donner une pièce de monnaie pour les Allemands - et chez nous il y a quelqu’un pour le manger...
La fin de l'histoire

Views: 716 | Added by: HR_Specialist | Rating: 0.0/0
Total comments: 0
Name *:
Email *:
Code *:

Login form

Search

Calendar

«  March 2013  »
SuMoTuWeThFrSa
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Our poll

Къде ще прекарате лятото?

Total of answers: 12

Statistics


Total online: 1
Guests: 1
Users: 0